« Genette, le vieil homme et l'enfant | Accueil | La voix de Toni Morrisson »

21/04/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Critiquator

Ferney, le lucide et la verve ...

gmc

ha FF, si vous aviez eu l'idée de faire un post sur kessel en guise de nécro lumineuse..

Christophe Borhen

Pendant ce temps-là, Bourgeade et Ballard jouent au ballon sur la grande plage ouverte.
Remarquez, ils avaient commencé ici-bas.

Geneviève

Le problème avec les vieux cons, ceux qui ont vécu la guerre comme Druon c'est qu'ils sont intouchables. Quand bien même ils ont été des jeunes courageux et héroiques comme Druon, celà ne les a pas empécher de devenir des vieux cons. Pour lui, il ne lui restait que son lien familial avec Kessel pour se prétendre écrivain. Kessel reste un grand écrivain, Druon nous l'oublirons vite.
Merci de souligner qu'il n'y a eu que les politiques pour l'encenser et un peu Chancel, mais Chancel c'est qui?.
Merci Frédèric Ferney . Les politiques a la politique et les écrivains à l'écriture, pas de confusion!

Christophe Borhen

@ Geneviève : "Les politiques a la politique et les écrivains à l'écriture, pas de confusion!"

Vous êtes priée de rappeler d'urgence Malraux et Vaclav Havel (sourire).

ororea

Et sinon, les restos indiens, vous aimez les restos indiens? (non c'est trop lourd pour un FF, c'est plein de crème, c'est le rateau assuré)

mme petit poisson

Ça fait du bien de lire ce portrait. Ça fait du bien d'être un peu méchant, et à la fin de cette lecture, on est tellement convaincu qu'il le mérite, Maurice Druon, qu'on absout Frédéric Ferney.

Dites donc Éric Naulleau, là-bas, pas loin, ne vous sentez pas encouragé, vous c'est différent, il y a méchant et méchant, nuance.. Vous n'attendez même pas qu'ils soient morts, pfff, aucun tact.

Anne Burroni

Voilà une petite analyse bien vissée, qui a d'abord le mérite d'être sincère et peut être aussi celui d'éclairer les raisons d'un attrait qui n'a jamais existé...

...Et j'aime beaucoup Naulleau !

ardente patience

Je trouve Naulleau cohérent et grâce à lui j'ai découvert le magnifique roman "une vieille petite fille" de Vladimir Charov, un chef d'oeuvre.

ororea

Moi j'aime pas trop Naulleau, je ne comprends pas ses reproches style, "n'avez vous pas écrit ce livre trop tôt?" Nanméo, on écrit quand on a envie d'écrire, c'est quoi ces critères. Enfin voilà, je trouve qu'il a de drôles de critères...

hanse

Pourquoi Druon me fait-il irrésistiblement penser au Champfleury de Cyrano?...

Miss Pompadour

Voilà qu'il s'appelle "mettre les points sur les "i" et les barres aux "t".... Merci !!

ororea

Hummm, le belle chemise bleue toute déboutonnée. En avril, ne te découvre pas d'un fil, en mai fais ce qu'il te plait : en mai,la même chose sans le tshirt...Ca mérite un petit poème ça (tous aux abris)
Piou, le pov' Lanzmann, vous ne l'avez pas ménagé, c'est très drôle:
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1888

ororea

Cadeau pour les fans, une photo collector de FF en Dieu Eros de ma collection de 2006 :
http://paris.onvasortir.com/sortie_photos_gestion.php?sortie=257041#CommOk151011

ororea

euh non 2003, ça nous rajeunit pas..

sacrovir

Je partage avec FF une petite tendresse pour Druon grâce à son roman pour enfant "Tistou les pouces verts", oeuvre étonnamment progressiste de sa part et malgré le dénouement maladroit et daté; c'est une petite fable écologiste, tendre et antimilitariste, un tantinet naïve, mais qui conduit à une vision contrastée de l'auteur. Un roman apprécié par les élèves de Cours Moyen des écoles primaires. Une oeuvre à ne pas négliger pour connaître Druon.
PS: le Bateau-Livre me manque cruellement...

ororea


Back to Sainte Anne

J'irai quai des fleurs
voir si FF existe
je crierai : " scélérat!"
il se retournera
sur mon bras il plaquera sa main
brutal et doux
je deviendrai planète
tournant parmi les planètes
pour l'éternité
je reviendrai à moi
quai des orfèvres
les policiers seront là
les hommes en blancs aussi
ils crieront harcellement
il m'arracheront sa chemise bleue
dédicacée pour mettre dans mon dossier...

Anne Burroni

Quelle fantaisie Ororea !
Et qui a la faculté de nous faire patienter jusqu'au prochain billet... avec le sourire !

ororea

C'était sensé vous tirer des larmes! ;-)

Anne Burroni

Oh, une maladresse...?
Désolée Ororea, mais grâce à votre humour et malgré une certaine auto-dérision, il semblerait que vous ayez des prédispositions naturelles à nous amener vers les sourires et la bonne humeur !

ororea

Ben déjà à Sainte Anne il m'ont piqué ma photo dédicacée de FF : chuis traumatisée. Mais je suis d'un naturel optimiste et j'aime bien faire rire...

Anne Burroni

J'avais remarqué !
D'ailleurs, je profite de cette petite conversation pour vous demander quelques infos sur l'émission "Dans le texte" à propos de Lanzmann. Je serai ravie d'avoir un petit compte rendu !

ardente patience

C'est vrai, moi ça me pique plutôt les yeux votre poème.


*

L'entretien avec Claude Lanzmann j'avoue ne pas l'avoir trouvé drôle non plus. Malgré les précautions oratoires on avait le sentiment que ni l'un ni l'autre animateur ne l'appréciait tellement, du moins son écriture ; ce qui est bien leur droit mais du coup l'interview était comme orientée pour le confirmer. Et puis ... je ne suis pas à une foudre silencieuse près ... mais ... il y aurait sans doute eu tellement à dire à propos de cet ouvrage et les mondanités autour du trio l'auteur, Sartre et Beauvoir me sont apparues relativement superficielles ; est-ce vraiment cela qui est à retenir de cette vie ? On n'a pas su tellement qui était cet homme finalement, on a surtout eu le sentiment qu'on ne le considérait pas comme un écrivain.

Finalement, Monsieur Ferney vous gagnerez à avoir votre émission ; y a t il la place dans "Dans le texte" pour deux amoureux du verbe !? Peut-être est-ce une alchimie selon moi qui manque ou bien que l'entretien est un exercice qui selon moi requiert un ton confidentiel qui ne souffre pas la bagarre pour avoir la parole. Même si je salue au passage la verve brillante et rigoureuse de votre collègue qui serait donc la première femme en France à animer une émission audio-visuelle littéraire ? C'est chouette. Mais chacun a besoin d'avoir son espace à mon sens et se suffit à soi-même pour entrer dans le vif du sujet ... sérieusement.

Oh, hé, ohmaisoh, mais de quoi je me mêle ? Elle est pas gênée celle-là ou quoi, pour qui elle se prend, purée de saindoux.

ororea

Alors, dans le texte, les avis sont plus partagés sur les forums que pour les dernières émisions, certains allant jusqu'à qualifier l'émission de "casse -couille" et "narcissique" (FF a dit que certaines personnes trouvent Lanzmann casse couille, et Judith a embrayé en le traitant de narcissique vers la 42EME minute). D'autres disent que c'est la meilleure émission. FF et Judith se chamaillent comme un vieux couple, c'est très amusant (enfin y'en a qui n'aiment pas) en particulier sur la relation Sartre Beauvoir, FF assimile la papesse du féminisme à une femme romantique et servile qui a souffert avec ce macho de Sartre (enfin si j'ai bien compris), et Judith fait les gros yeux. Lanzmann, j'ai trouvé qu'il se foulait moins que les précédents invités pour répondre pendant quarante minutes, et après il se fait traiter de casse couille et narcissique et demande des compliments : il est pas drôle mon bouquin? Il en profite pour draguer Judith (à 80 ans, il ne doute de rien, il a raison),et se fait renvoyer vite fait dans ses 22. Il parait qu'il y a une aventure sexuelle non consommée passionnante avec une infirmière coréenne mais Lanzmann n'a pas voulu beaucoup évoquer ce passage. Sinon, ils ont parlé de guillotine, de fulgurance, d'incarnation, de Shoah, du trio sans triolisme Castor Sartre Lanzmann, de sa secrétaire à qui il dicte tout. Voilà. Judith était tout en blanc, Naullaud a posé un lapin au lièvre de Patagonie (blague de DS) et FF était tout déshabillé, avec une chemise bleue ouverte sur un tshirt blanc, comme s'il avait croisé un groupe de fans et qu'il n'avait pas eu le temps de se réajuster. (faut vraiment s'abonner rien que pour voir ça)

Anne Burroni

Ororea
Merci beaucoup, je savais que je pouvais compter sur vous ! Et j'ai encore beaucoup ri...
Merci pour ce résumé très... pétillant !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.