« M'enfin! | Accueil | Angelin Preljocaj »

05/09/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

christine

Je traverse le pont pour vous dire bonjour, Frédéric. Je n'ai pas pris mon parapluie. Vous croyez qu'il va pleuvoir ?
Vous me prêterez un imperméable

Bon retour
Christine et compagnie

:-)

PMB

« Tu fais quoi de tes nuits ? »

Le noir. Le noir n’est pas que dans ta chambre. Le noir est aussi dans ta tête, ta petite tête qui veut penser l’infini de l’espace. Tu imagines une sphère, la plus grande que tu peux. Tu en cherches les limites. Tu les atteins, comme ces frontières d’où la capitale est si loin. Et la curiosité devient la peur, car, rendu là, tu réalises que c’est impossible, seul est infini le nombre de fois où il faudra aller plus loin, tu ne sais qu’avancer, plus tu vas plus tu te perds, tu ne retrouveras jamais ton centre, tu n’auras plus de calme, tu ne peux rien de ce vide, même pas le quitter, te dire : arrête, dors, ne bourdonne plus, n’écoute plus le sang qui bat tes tempes – commande-t-on à ça, à cette terreur définitive même si elle se tapira le temps qu’elle voudra, maîtresse des lieux faisant coucou à sa guise, et là pour toujours comme les cicatrices faites à jouer avec ce couteau à flancs d’écaille que tu n’as jamais su manier.

Quine

Hola, qué tal ? Qué paso ?
Es un gusto conocerle. Soy de Nicaragua.

Ellos no entienden lo que decimos.

"Dos gatos duermen en mi cama( Yo duermo todos los dias siete horas).Por qué estas aqui, no me digas!"

Buen viaje !

Quine

Yasmine

Ca sépare et ça relie, un pont. Le métissage, c'est très compliqué. Enfin, je trouve. Mais ça relie et ça sépare aussi. Tout dépend. De soi, mais des autres aussi, en face, de l'autre côté du pont. Ca me rappelle une histoire d'Astérix, une histoire de Fossé. Bref, c'est une position quelquefois inconfortable, le cul entre deux chaises, question d'équilibre. Faut équilibrer constamment, parfois toute sa vie, jongler avec les cultures, les mentalités, les mots, les émotions, les susceptibilités, les "ego". Certains jours, j'aimerais être une amibe. C'est simple, au-moins. Pour la bonne raison que les chaises n'existent pas au royaume des amibes. Elle est pas belle, la vie ?

ororea

Dis, Ephèfe, tu viens me polleniser l'orchidée?

Franck Bellucci

Quel bonheur que de retrouver un billet avec vos impressions de lecture, l'ensemble toujours écrit avec passion et finesse !

gmc

A PARTIR D'UN FILM

Que fait la nuit
Quand le satin des opales
Fait croire au jour

La nuit sculpte et polit
L'aérodynamisme des climats
Qui émerveille le chaland

Que fait la nuit
Si le pont danse
D'un clin d'oeil
Au-dessous du volcan

De temps à autre
Un chien s'ébroue
Et un jappement
Annule le canin

Papalagui

Cher Fred, je partage ton enthousiasme pour ce Pavloff.
J'ai fort apprécié l'utopie en ULM (et en kit s'il vous plaît) de Dolores, qui veut faire passer gratis au Nord des quidams pas toujours aussi volontaires qu'on croirait…
Mais quel portrait de ce Tchaka !

Elizathe

Jupp, lang bekannt und echt nice!Der aerbitet mit dem gleichen Programm wie ich, btw.Ableton Live ist absolut der Hammer!

Travailler moin

J'espere que vous avez d autre article de cette trempe pour nous !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.