« De la vanité: petite contribution un peu décousue au débat sur l'identité nationale | Accueil | Arrigo Lessana à coeur ouvert »

26/11/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

hanse

On peut aussi abonder dans une autre critique:
http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/pascal_quignard/

...mais j'aime bien les mignardises!

Enfin ,pas trop, un peu ,comme relire Gracq,pour se remettre en tête l'exigence littéraire.

Ambre

"Qu'est-ce qu'un littéraire?" La question ne se pose pas seulement pour celui qui écrit car je n'ai pas fait d'études universitaires, je n'écris pas, je ne suis pas donc pas une littéraire et pourtant pour moi "les mots défaillent, bondissent... ils me font signe sans repos". Ma vie sans la littérature n'existerait pas. Oui, "seul le présent existe" et "la littérature EST une seconde naissance", pas "n'est que..".
Vous êtes un littéraire Frédéric parce que vous savez analyser, vous cherchez le sens de ce que vous lisez et, vous savez écrire.
Et, d'accord pour le hic et le nunc : c'est tout de suite qu'il faut vivre, avant qu'il ne soit trop tard et çà n'est pas antinomique avec la littérature.

J'avais noté ce que disait Pascal Quignard lors d'une interview, à propos de la lecture :

"Le lecteur doit vouloir perdre son identité et accepter d'être bouleversé pour que les habitudes du quotidien soient chamboulées.
Comme une vague en reflux... une page qui raconte quelque chose qu'on ne veut surtout pas trouver.
Il ne faut pas que tout le monde lise. Il y a un péril à lire; la lecture expose à un péril.
Lire est une aventure, je ne crois pas que les choses soient pour tout le monde sans cesse.
La lecture est pour certains.
Pour moi elle est vitale".

Franck Bellucci

Et c'est justement parce qu'elle échappe à l'actualité, parce qu'elle s'en désintéresse, parce qu'elle lui tourne le dos, que la littérature, la vraie, celle qui est toujours quête et parfois conquête, va à l'essentiel, à l'humain, énigme fascinante, atemporelle, et pourtant marquée par le sceau de sa finitude.

Anne b

"Un je ne sais quoi dans la langue qui ne veut pas s'écrire, qui ne peut pas s'écrire, et qui brûle de l'être." Est-ce le parlant-muet ?
J'aime lire Pascal Quignard, mais j'ai peur d'être noyée. D'entrer dans le royaume d'un mage, de pénétrer dans un labyrinthe de livres, de carnets, de papiers, de vieux volumes. L'inconnu ou d'étranges retrouvailles ?
Pas de commencement ? Pas de fin prévisible ?
"Avec cela les mots sont perdus", le "perdu" chez P. Quignard est-il une ivresse, une ivresse sacrée ? Le corps du langage est-il enfoui dans les rêves ?
Le rêve comme révélateur du réel ?
La littérature ? La Littérature ? Cette "Barque silencieuse" ?
L'écrivain évoque dans l'un des chapitres de la fin, un fossoyeur du cimetière des Innocents au 16ème siècle, qui en plus de porter des corps dans ses bras, tenait un registre de leurs noms.
"Il mourut lui-même en 1572 porté dans les bras dont ne sait qui, noté par la plume de personne".
Cette phrase je la médite encore.

Peut-on parler de "la littérature" de P. Quignard comme d'une âme mélancolique, esseulée ? Mais certainement pas nostalgique.

"Tout ce qui arrive, arrive perdu" ?

fsns

Quignard s'est gentiment fait rosser par une partie de la critique à la sortie de sa Barque silencieuse, Philippe Lançon, auquel Didier jacob fait d'ailleurs mention dans son article, s'en est donné à coeur joie. C'est à vous, M. Ferney, que je dois d'avoir découvert et lu P. Quignard, un beau dimanche matin, du temps de Droit d'auteurs, où vous lui aviez accordé le privilège de l'invité unique. Comment dire ? j'ai lu Vie Secrète à cette époque, livre touffu, difficile, clef de voûte me semble-t-il de son oeuvre; son dernier royaume m'a fait l'effet d'une longue redite, d'une resucée qui n'avait ni la puissance ni la même capacité à creuser vers l'origine, sa grande affaire. Alors oui, l'article de Lançon a fait mouche, a fissuré l'admiration de granit que j'éprouvais pour cet auteur. Je continue à aimer sa lecture, c'est un compagnon un peu hautain, un peu hiératique mais un interlocuteur fidèle avec qui il fait bon converser. Simplement nous nous voyons moins souvent.

ororea

Une interview : http://aejc.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=91:interview-frederic-ferney&catid=902:rencontres-2009&Itemid=89


Une vidéo
http://www.dailymotion.com/video/xb8548_rdc09-culture-internet-fossoyeur-ou_news
(Eh, oui, encore moi!)

Ambre

Merci Ororea.

"Je me sens plus littéraire que je ne l’ai jamais été". Frédéric Ferney.

C'est pile-poil avec le sujet.

cjeanney

ce livre est sur mon bureau, et j'arrive justement vers lui !

Francine Plaetevoet

Les livres de P. Guignard me tombent des mains.
J'ai essayé de persévérer et je me suis terriblement ennuyée... Rien à voir avec Julien Gracq qui, lui, était un littéraire, (lire à ce sujet le magazine littéraire qui lui était consacré "Julien Gracq, le dernier des classiques".


Quignard, c'est tellement tendance, n'est-ce-pas ! Snob et creux...
Mais ne serait-ce pas plutôt la maladie narcissique de notre époque, dans laquelle à force de se pencher sur soi-même , on tombe dans une insignifiance sans fond...

ororea

Si j'étais un apéritif

--------------------------------------------------------------------------------
Si j'étais un apéritif, je serais du champomy, ça a le goût du champagne mais ce n'est pas pour les adultes, pas de responsabilités, de sens du sérieux, pas une drogue dure, un truc pour enfants, inconscients, irresponsables, sans souci.
Si j'étais un apéritif je serais une noix de cajou, plus gouteuse que la cacaouette, avec une chouette forme, dure à croquer et fondante sous la langue, avec ce goût d'huile si savoureux et ses formes rondes comme une cacaouette enceinte.
Si j'étais un apéritif, je serais un bout de concombre qu'on trempe dans la sauce. Parce qu'on est des gens modernes et responsables : on ne bouffe pas n'importe quoi, pas des knackis balls, non des trucs diététiques. "Et c'est du yaourt dans la sauce?" "Oui, du 0%, vous pensez, on ne voudrait pas vous intoxiquer avec ces odieux apéritifs à l'ancienne."
Si j'étais un apéritif, je serais un radis ou un rond de carotte, à tremper dans la sauce 0%.
Si j'étais un apéritif, je serais un baton de sésame taillefine, ou une chips allégée; c'est pas que ça ait beaucoup de gout, mais c'est léger, à la limite, tu peux en manger plusieurs, pas comme les rondelles de Cochonou, le saucisson comme on l'aimait chez nous et qui est totalement has been.
Si j'étais un apéritif, je serais une sylphide pro- active, à la taille fine les yeux brillants comme des fruits d'or, à la sveltesse incomparable, portant des petits paniers allégers à la Saint-Hubert, pleins de cracottes, de produits light et de sodas sans sucre .

Frederic ferney

"Tout lecteur lisant Quignard finit par se flatter d'être un lecteur de Quignard, écrit Lançon dans "Libé".
C'est vrai, lire Quignard, ça vous pose, ça vous élève, ça vous hisse.
L'éreinter, c'est encore mieux. On se félicite, on se distingue, on s'admire secrètement d'être aussi hardi. On est fier d'exister enfin.
Qui est le plus dupe?
F.F.

Ambre

Pour ma part je n'ai lu que Villa Amalia et je me suis ennuyée; je n'ai jamais osé le dire. Voilà c'est fait. (et je suis quand même "fière d'exister";o))
En revanche j'aime beaucoup écouter parler l'auteur et ce qu'il dit m'intéresse et souvent m'enrichit.

Anne B

Retrouvé ceci dans un vieux carnet:

"De chaque lettre tracée ici, j'apprends avec quelle rapidité la vie suit ma plume".

Laurence Sterne.

ororea

Moi j'ai traduit des kilomètres de Quignard en espagnol en prépa et j'aimais bien. J'ai du plaisir aussi à l'écouter parler avec FF.

ororea

Ah rectificatif : on me souffle que si j'étais un apéritif, je serais du Ferney-branca...C'est sûr que ça vous pose, ça vous élève, ça vous hisse bien plus que du champomy, ça flatte mon narcissisme, mon égo démesuré, je me sens enfin exister et n'en éprouve aucune honte, n'en déplaise à Montaigne et à Pascal, je suis un monstre de vanité, d'égoisme, j'adore les super-héros, les chefs et qu'on me flatte et ne suis mue que par le principe de plaisir...Tout le contraire de FF qui est philosophe, modeste et ne prend jamais la grosse tête, mais voilà que je le complimente à nouveau, ça doit être mon indécrottable narcissisme encore : je suis toute fière de connaître un peu cet être d'exception. Ah vivement qu'on fasse quinze garçons beaux et intelligents comme leur père(avec des pectoraux carrés et une belle plume). Bon si c'est quinze filles enveloppées et limite psychotiques avec des yeux verts, je suggère qu'on les colle à la DASS en attendant qu'elles fassent la starac... Euuh, désolée si c'est trop délirant ou si j'écris trop, mais au point où j'en suis...

Francine Plaetevoet

Par contre quand je lis les commentaires d'ororea, je ne m'ennuie pas du tout. J'adore. Elle me fait rire. Vive le plaisir et la jubilation.

ororea

Merci, Francine, ça me touche... En plus, comme je suis presque guérie, s'il refuse de me faire quinze bébés velus et érudits, j'irai pas lui bousiller sa vespa...(Ah et bonne nouvelle, apparemment j'ai réussi l'entretien ce matin pour le renouvellement de mon poste adapté de courte durée! http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/piapp1_16312/l-affectation-sur-poste-adapte?cid=piapp1_16302&portal=j_55&printView=true )

Francine Plaetevoet

Je suis heureuse pour toi, ororea (joli pseudo cela dit en passant). Et j'apprécie une fois de plus ton sens de la dérision et de l'auto-dérision qui manque à beaucoup de gens.
Beaucoup d'écrivains se prennent beaucoup trop au sérieux aujourd'hui, et ça ne passe plus !
Tu m'as fait sourire et rire et je t'en remercie.
Je te souhaite d'autres bonnes nouvelles, qui sait peut-être que Frédéric Ferney te lira aussi ?
Cordialement

ororea

Pffff, il ne commente jamais mes textes(et quand je lui demande par mail si je ne pollue pas trop son blog, il ne répond pas). Enfin, du moment qu'il me fait des bisous...Si un jour je me prends un upercute à la place du bisou,je saurai que j'ai dépassé les bornes...Ah si, il a commenté une fois un de mes textes, c'était un truc désespérant sur un sdf schizo, à vous tirer des larmes, pas drôle du tout. Je le remets :
La complainte du clochard
Je mange seul, je fais la manche seul, je joue de la guitare seul, je fais la queue seul aux restos du coeur. Je ne parle à personne. Ma tête devient de plus en plus vide. Hier quelqu'un est venu me faire la conversation et je n'ai pas réussi à lui parler, j'ai perdu l'habitude de communiquer. Il a écouté mon silence. Ce sont peut-être ces années à prendre de l'haldol qui m'ont détruit le cerveau. j'ai l'impression que j'atteins souvent l'ataraxie, l'absence de tout souci. Je ne pense à rien, je suis bien, zen. Mais l'enfer c'est quand quelqu'un vient me parler, je ne trouve plus les mots, je suis handicapé du langage. Quand c'est une femme, n'en parlons pas, je suis paralysé et le mutisme atteint sa plus haute expression. Je lis peu, ça aggrave les choses, je pense; et puis l'alcool ça n'aide pas, ça et l'haldol. Je devrais délirer mais non, rien, je suis sec, je ne suis que blocage. On me croit timide ou fier, snob. Heureusement que j'ai ma pancarte pour remercier les gens. Je ne saurais leur exprimer oralement ma reconnaissance. Dejà petit avec mes parents on ne parlait pas, on écoutait la radio en silence. J'étais nul à l'oral, en classe, je brillais à l'écrit. Je suis incapable de penser si je n'ai pas un stylo dans les mains. Je vis seul depuis mes dix sept ans et je crois que la partie du cerveau qui sert à parler s'est complètement atrophiée. Si je ne l'étais déjà, ce serait à devenir fou.

Jonavin

Quand il dit que les mots sont des lièvres, je suis parfaitement d'accord. Chercher ailleurs, leur donner une seconde vie, les détourner de leur sens initial. Si c'est cela être écrivain, je veux bien être chasseur...

GHD straighteners

Enjoyed every bit of your blog.Great.

Swiss Replica Watches


[url=http://www.newwatchs.com/]Swiss Replica Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/hublot-replica-watches-c-43.html]Hublot Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/porsche-design-replica-watches-c-52.html]Porsche Design Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/richard-mille-replica-watches-c-51.html]Richard Mille Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/rolex-replica-watches-c-64.html]Rolex Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/tag-heuer-replica-watches-c-55.html]TAG Heuer Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/uboat-replica-watches-c-56.html]U-Boat Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/vacheron-constantin-watches-c-57.html]Vacheron Constantin Watches[/url]
[url=http://www.newwatchs.com/zenith-replica-watches-c-60.html]Zenith Watches[/url]
[url=http://www.super-p90x.com/]P90X Workout DVDs[/url]
[url=http://www.super-p90x.com/]P90X Workout[/url]
[url=http://www.super-p90x.com/]P90X[/url]
[url=http://www.super-p90x.com/]p90x reviews[/url]

Swiss Replica Watches


Swiss Replica Watches
Hublot Watches
Porsche Design Watches
Richard Mille Watches
Rolex Watches
TAG Heuer Watches
U-Boat Watches
Vacheron Constantin Watches
Zenith Watches
P90X Workout DVDs
P90X Workout
P90X
P90x reviews

softitem

Et c'est justement parce qu'elle échappe à l'actualité, parce qu'elle s'en désintéresse, parce qu'elle lui tourne le dos, que la littérature, la vraie, celle qui est toujours quête et parfois conquête, va à l'essentiel, à l'humain, énigme fascinante, atemporelle, et pourtant marquée par le sceau de sa finitude.
http://www.softitem.com/Windows/
http://www.softitem.com/Drivers/
http://www.softitem.com/

links of london

Jazzy clothes go well with relations of BHTNL biaozhun links of london having unadorned devise. You should to respect your style when choosing your right family of london jewelry. Nevertheless it is a big inquiry for many women to highlight your personalities.
HTML links of london
UBB [url=http://www.linksoflondonstore.com]links of london[/url]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.