« Colette | Accueil | La solitude du critique assassin »

09/01/2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

gmc

s'il y a du rock dans le floyd, il ne dépasse pas le stade syd barrett, la suite ressort plutôt dans la rubrique mainstream gonflé aux stéroïdes:

http://fr.youtube.com/watch?v=8BptZA3qWBk#

http://fr.youtube.com/watch?v=bhJYqa_htCY#

http://fr.youtube.com/watch?v=2iA7wdO00VI&feature=related#

Anne B

Tiens tiens Corneille salle Richelieu !
De la grisaille pour l'illusion comique ?
Galin Stoev n'a pas décapé la pièce au moins, je suppose qu'on est bien loin de la fascinante et exceptionnelle beauté plastique et très baroque mise en scène de Giorgio Strehler ?
Corneille résiste à tout mais quand même !
Matamore dans un deux-pièces-cuisine c'est un peu prétentieux, non ?
Je ne sais pas pourquoi je pense à ça mais avez-vous vu La Divine Comédie revisitée par Roméo Castelluci si oui, j'aimerais avoir votre opinion.Je demande si j'ai raté quelque chose ?
A.

gmc

EN FANTAISIE BARBARE

Le rock'n'roll préfère
Le chant des corbeaux
Merveille de grincement
Qui plane insouciant
Sur les épaules velues
Des carnassiers de passage

Des corbeaux à Ravenne
On garde un souvenir ostrogoth
Dont Emily se réjouit
En psychédélie d'outre-rien
Qui éponge l'histoire
Avec les géographies de l'acide

Dans la perfection sereine
Du vol du corbeau
Les étrangleurs se souviennent
Des temps vikings
Où le fer chante les sagas
Des épouilleurs de vent

GF

Sans doute un ravage de plus du dogme qui impose un contre-emploi total du texte dès qu'on met en scène une pièce un tant soit peu distante de la modernité?

Kiki de chez PosutoTwo

Justement j'ai lu il y a peu une critique de cette pièce, un peu moins dure que la vôtre, mais aussi peu engageante finalement...
http://culturofil.net/2008/12/19/l-illusion-comique-de-pierre-corneille/

Yohan

J'ai vu cette lise en scène qui est, il est vrai surprenante. Les costumes et les décors sont loin d'etre très intéressants, les acteurs sont assez hétérogènes. Quelques trouvailles qui valent le coup d'oeil (comme Matador névrosé) mais après une absence depuis plus de 70 ans à la Comédie Française, on aurait pu espérer mieux pour cette immense pièce.

Albertine

Pièce difficile parce que très (trop?) virtuose.
Au delà d'une quelconque critique, j'aurais aimé entendre un mot du mérite qui consistait à la produire, simplement.
Lyse et Isabelle très incarnées.
Je n'ai pas vu un deux pièces-cuisine mais un labyrinthe, écho au texte en plusieurs dimensions.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.